Le lancer Spey… Ici pour rester ! - Fédération québécoise pour le saumon atlantique

Le lancer Spey…
Ici pour rester !

Par David Bishop

Au fil des dernières années, la plusieurs d’entre vous ont probablement remarqué le nombre grandissant de pêcheurs à la ligne qui utilisent une canne Spey ou à deux mains, sur les rivières du Québec, de l’Ontario et des Maritimes. Si ce type de pêche, connu par la majorité des gens sous le nom de « Spey », est relativement récent au Québec, sa popularité est sans cesse grandissante depuis déjà plus d’une vingtaine d’années dans l’Ouest canadien. La cause de sa migration lente vers l’Est reste inconnue, mais une chose est certaine : les pêcheurs ont adopté cette technique pour de bon.

Alors que l’intérêt porté à cette technique de lancer à deux mains s’accroît, il semble opportun d’expliquer en quoi consistent la pêche en Spey et ses différents lancers, ainsi que de voir l’équipement adéquat selon le style choisi. Commençons par vanter les mérites de cette technique pour vous inciter à l’adopter, ou du moins l’essayer si ce n’est encore fait!

Les avantages du lancer Spey

Dans l’Est, la pêche en Spey est de plus en plus populaire auprès des pêcheurs au saumon atlantique et au steelhead, et ce, en raison de plusieurs facteurs.

D’abord, la canne à deux mains permet au pêcheur de couvrir une plus grande surface sur l’eau, avec plus d’efficacité et d’efficience que la canne à une main. Ensuite, l’apprentissage du lancer à deux mains est assez facile, surtout si l’on connaît déjà la technique à une main. Finalement, les gens s’y intéressent davantage, car une fois qu’ils acquièrent la méthode, ils peuvent effectuer de très longs lancers leur permettant de pêcher à des endroits dont l’accès leur était auparavant impossible. D’ailleurs, une bonne partie du plaisir est de lancer de longues boucles serrées pendant les longues journées de pêche qu’exige souvent la capture de ces poissons.

Non seulement la canne Spey offre-t-elle l’avantage d’effectuer de plus longs lancers sans déployer autant d’efforts, mais elle permet de propulser de plus grosses mouches plus facilement, et en bien moins de coups qu’une canne à une main.

Et bien des personnes veulent passer à la canne à deux mains pour la simple raison qu’elle fatigue moins les bras et les épaules que la canne à une main. Pour ceux qui souffrent de problèmes d’épaule ou de coude, vous vous rendrez certainement compte que le fait de vous servir de vos deux mains réduit l’impact sur votre corps et vos membres. Pour franchir la même distance, vous devez effectuer possiblement trois ou quatre faux lancers avec une canne à une main contre un seul lancer avec la Spey. Pensez-y : vous économiserez ainsi plus d’un tiers, voire la moitié du travail!

Votre curiosité est piquée? Poursuivez donc votre lecture…

pecheur

Trois styles de lancer

Il existe en principe trois styles de lancer Spey : la première et la plus ancienne de ces « écoles », soit la traditionnelle; la deuxième, appelée scandinave ou « en main basse » (underhand cast) puisque l’accent est mis sur la main inférieure; et la troisième, dite skagit. Dans tous les cas, la canne est tenue à deux mains. C’est donc le type de soie qui les distingue. Nous tenterons d’entrer davantage dans les détails, mais prenez note qu’aucune règle n’impose l’utilisation d’un seul type de soie avec une canne en particulier.

Le style « traditionnel »

Le style traditionnel est mieux adapté aux longues cannes, soit celles de 13 pieds et plus, et aux soies à fuseau de longueur moyenne (mid-spey) à longue (long fuseau ou long belly). Vous pouvez utiliser certains bas de lignes en poly (polyleaders) intermédiaires ou à bout plongeant, mais ce dernier type convient probablement mieux aux styles scandinave et skagit quand on en fait un usage régulier.

La technique traditionnelle est particulièrement appropriée sur les grandes rivières, où vous avez un peu d’espace derrière vous. Bien qu’en style traditionnel, la soie ne se trouvera jamais complètement derrière lors du lancer, le mouvement n’est pas aussi serré ou compact que le lancer skagit ou scandinave.

Habituellement, les cannes traditionnelles sont à action lente ou modérée. Pour maximiser leur performance dans nos rivières, la longueur idéale devrait se situer entre 13 et
15 pieds. Les poignées avant et arrière sont aussi généralement plus longues que sur les cannes scandinaves.

Quoiqu’on puisse effectuer de longs lancers et couvrir de grandes superficies d’eau grâce à la canne traditionnelle, on peut plus difficilement l’utiliser avec des têtes plongeantes, comme il a été mentionné plus haut. Mieux adaptée aux lancers avec des soies à fuseau de longueur moyenne (mid-belly), cette canne peut toutefois propulser les têtes de lancer typiques aux cannes de type scandinave, tant qu’elle est utilisée avec un bas de ligne en poly.

Certains trouvent la poignée longue plus confortable que celle de la canne scandinave : choisissez donc le type de canne en fonction de la poignée et de l’action que vous préférez puisqu’elles peuvent toutes lancer les têtes scandinaves!

Le style « scandinave »

Le lancer scandinave ou en main basse est agréable et plutôt simple à maîtriser. Il s’agit sans doute du style idéal pour la plupart de nos rivières, qu’elles soient petites ou grandes, surtout celles dont les berges sont hautes ou qui sont bordées par de nombreux arbres. En raccordant des têtes plus courtes à une soie de raccordement (running line) pour effectuer les lancers et présenter la mouche, le pêcheur n’a pas à décrire un mouvement aussi large que le style traditionnel, ce qui lui permet de lancer dans un espace très confiné.

Ces cannes sont habituellement à action modérée ou rapide. Tout comme les traditionnelles qui peuvent également lancer des soies scandinaves, la plupart des cannes de style scandinave peuvent propulser les soies à moyen ou à long fuseau.

Rappelez-vous donc que votre choix de canne ne devrait pas être dicté par le type de canne que vous utiliserez, mais plutôt par la vitesse d’action que vous préférez quand vous pêchez avec votre canne à une main.

Les poignées des cannes scandinaves sont généralement plus courtes et larges à l’avant, et plus courtes à l’arrière que celles des cannes traditionnelles puisque la main qui occupe la position inférieure sur la canne est la plus active lors du lancer.

Les cannes scandinaves sont généralement conçues pour lancer des têtes courtes ou moyennes, avec ou sans bas de ligne poly, malgré qu’elles fonctionnent parfaitement avec ce genre de bas de ligne.

Notez que si en ce qui a trait à l’action et aux poignées, les cannes scandinaves se distinguent à peine des traditionnelles, elles sont toutefois différentes sur deux points. D’abord, elles requièrent une pression beaucoup plus forte de la main inférieure pour effectuer le lancer, et deuxièmement, les soies ne sont en fait que des têtes de lancer, ce qui facilite l’arraché et l’allongement de la ligne lors du lancer.

À partir de mon expérience comme pêcheur et guide sur nos rivières de l’Est, je dirais que la longueur parfaite de la canne pour la pêche en style scandinave se situe entre 12 pieds 6 pouces et 13 pieds 6 pouces, 13 pieds constituant un bon compromis si vous n’en possédez qu’une seule. Les cannes plus courtes, par exemple entre 11 pieds 6 pouces et 12 pieds, sont agréables à lancer sur les petites rivières; cependant, elles ont du mal à propulser les têtes scandinaves de longueur moyenne ou les soies de fuseau traditionnel moyen (mid-spey). Si vous optez tout de même pour une canne moins longue, la portée de votre lancer et la taille de la mouche que vous propulsez seront limitées.

Le style « skagit »

La troisième école de lancer spey, la skagit, a été inventée dans l’Ouest canadien et américain. Elle est née du besoin de déposer de grosses mouches lourdes en profondeur dans les eaux à débit élevé, lors de la pêche au steelhead. Très efficace dans les rivières de la côte Ouest, où les mouches plombées sont permises et les grandes rivières aux eaux rugissantes constituent la norme, le style skagit est plus ou moins intéressant dans l’Est, à moins que vous ne pêchiez qu’avec des soies plongeantes.
En général, les soies skagit sont beaucoup plus lourdes que les soies à fuseau moyen (mid-spey), les soies à long fuseau et les têtes scandinaves. Vous pouvez utiliser les soies skagit flottantes, mais elles sont plus encombrantes et plus bruyantes lorsqu’elles se posent sur l’eau que les autres types de soie. Par ailleurs, le style de lancer est moins délicat que le scandinave ou le traditionnel.

Au lieu d’utiliser principalement les lancers Spey simples (single Spey) ou (Snap T), le style skagit, habituellement plus brusque et beaucoup plus ancré dans l’eau, exige souvent un « perry poke », une sorte de faux lancer sur l’eau, précédant le véritable lancer avant, particulièrement avec les têtes ou les bas de ligne assez plongeants. Cette technique risque de faire plus de tourbillons, faisant craindre à certains que cela n’effraye les poissons dans les eaux très claires. Pour ma part, je n’adhère pas à cette théorie, mais respecte le choix d’utiliser systématiquement des soies flottantes avec les cannes scandinaves ou traditionnelles munies de soies à fuseau moyen (mid-spey) sur nos rivières.

Le choix de l’action, en regard de la soie et de la canne, peut s’avérer complexe pour certains à cause de leur grande variété. En deux mots, cette décision n’a pas vraiment d’importance. Les cannes à action rapide ou lente lanceront toutes les sortes de soie; toutefois, celles à action rapide sont plus compatibles avec les soies scandinaves ou skagit, tandis que les cannes à action lente sont mieux assorties aux mid-spey. En fait, c’est à vous de sélectionner l’action et la poignée que vous préférez, mais nous y reviendrons plus tard.

pecheur-spey

Le choix de l’équipement

Les cannes

Notez que les cannes Spey sont parfaites pour la pêche à la mouche noyée, mais pas à la mouche sèche. Dans la plupart des cas, elles sont trop longues pour bien ancrer l’hameçon lors du ferrage, en plus de ne pas présenter la mouche aussi bien ni aussi facilement que la canne à une main. Mis à part cet inconvénient, il s’agit de la canne idéale pour la pêche au saumon ou au steelhead.

Voici ce que je recommande comme marche à suivre lorsque vous choisissez la configuration de votre première canne à deux mains. Comparez d’abord, côte à côte, une canne scandinave munie d’une poignée scandinave et une traditionnelle à poignée traditionnelle. Vous remarquerez presque toujours une différence : les poignées scandinaves ont tendance à être courtes et plus larges, tandis que les traditionnelles sont plutôt longues et minces.

Un nombre croissant d’entreprises agencent la poignée des cannes selon chaque style de lancer, bien qu’elles n’y soient pas tenues. La poignée courte de la canne scandinave aide à descendre la main supérieure pour effectuer un lancer en main basse, tandis que la longueur de la traditionnelle permet de maintenir une plus grande distance entre les mains pour un mouvement complet en traditionnel.

Déterminez donc la poignée et l’action que vous préférez. Je suggère une canne à action modérée ou modérée-rapide pour votre première canne à deux mains. Une fois votre choix arrêté, définissez la taille de la rivière dans laquelle vous pêcherez. Pour les petites et les moyennes, optez pour une longueur entre 12 pieds 6 pouces et 13 pieds 6 pouces. Si vous pensez plutôt pêcher dans de grandes rivières, vous feriez mieux de choisir une canne mesurant soit 13 pieds, 13 pieds 6 pouces ou 14 pieds. Certains aimeront également la distance qu’ils peuvent franchir avec des cannes entre 14 pieds 6 pouces et 15 pieds, mais je vous conseille tout de même d’en sélectionner une moyenne ou une plus petite pour votre première expérience.

Si vous voulez investir dans une canne haut de gamme dès le départ, allez-y, puisque vous vous habituerez à votre instrument au fur et à mesure que vous vous améliorez. Rappelez-vous cependant que vous n’avez pas forcément à dépenser beaucoup d’argent pour obtenir une première canne de qualité. Pour ceux qui ne savent pas si ce type de pêche leur plaira, je vous recommande de parler à un vendeur qui s’y connaît en la matière pour trouver une canne correspondant à votre budget.

Vous pouvez vous en procurer une à moins de 200 $, comme vous pouvez opter pour un modèle de qualité supérieure à 1100 $. Sachez qu’il existe également d’excellents modèles oscillant entre 350 $ et 650 $.

Les moulinets

Vous devriez probablement investir dans un moulinet à saumon à grand tambour, ou de grande capacité, pour votre canne à deux mains. En raison de sa longueur, ce type de canne est plus lourd que celles à une main, d’où le besoin d’avoir un moulinet pour équilibrer le tout. Pour ce faire, assurez-vous de faire votre choix une fois la soie et la ligne de réserve passées dans le moulinet. Tout bon vendeur devrait en avoir un à portée de main pour équilibrer la canne de votre choix.

Le prix d’un moulinet pour canne Spey peut s’élever à 150 $ ou plus, mais vous en trouverez certainement un que vous pourrez également fixer à votre canne à une main entre 250 et 395 $.

Les soies

J’ai déjà décrit quels types de soie sont offerts : les moyens ou les longs fuseaux traditionnels, les têtes scandinaves et les skagit. Ils trouvent tous leur utilité mais, après bien des essais, les têtes de lancer (shooting head), préférablement de type scandinave, constituent le choix le plus judicieux pour le néophyte et pour le genre de rivières que nous avons. Il s’agit d’un type très polyvalent que vous pourrez trouver dans toute une gamme de longueurs. Les têtes flottantes et intermédiaires se lancent très bien et supportent une bonne variété de bas de ligne poly ou de têtes plongeantes.

Les bas de ligne

Après avoir choisi votre configuration de canne, moulinet et soie, vous devez sélectionner les bas de ligne, en fonction du type de soie que vous utiliserez.

Si vous avez une soie à fuseau moyen (mid-spey) ou à long fuseau, optez pour un bas de ligne d’une longueur au moins équivalente à votre canne. Vous pouvez légèrement dépasser ce seuil. Si vous choisissez une configuration de type scandinave, optez plutôt pour un bas de ligne d’une fois et demie la longueur de la canne. Vous pouvez y aller avec un bas de ligne un peu plus court, par exemple entre 14 et 15 pieds; cependant, avec une soie scandinave flottante, vous devriez privilégier les plus longs. Bien entendu, si vous utilisez des bas de ligne poly ou à bout plongeant, optez pour un bas de ligne court, comme vous le feriez avec une canne à une main avec une tête plongeante.

Lorsque vous utilisez une soie flottante skagit, votre bas de ligne doit généralement être aussi long que la canne. La même règle par rapport aux bas de ligne courts s’applique à l’utilisation d’accessoires plongeants avec votre soie skagit.

L’apprentissage

Peu importe la configuration que vous aurez choisie, je vous recommande fortement de prendre le temps de suivre un cours d’introduction au lancer Spey, ou du moins d’acheter un DVD explicatif. Le lancer à deux mains est relativement facile à apprendre, comparativement à celui à une main. Toutefois, vous feriez mieux d’apprendre correctement les techniques de base, avant de développer de mauvaises habitudes.

Enfin, pour partir du bon pied, je vous encourage à consulter les nombreux livres et sites Internet intéressants traitant du lancer Spey, qui détaillent davantage les différents styles et multiples configurations de soie.

Je vous garantis une chose : une fois que vous aurez testé cette technique, vous constaterez certainement à quel point la canne à deux mains facilite le lancer et améliore l’efficacité de la pêche!

Faites plier vos cannes et crier vos moulinets!

pecheur-spey3

Autres sections

Fédération québecoise pour le saumon atlantique

  • Gouvernement du Québec
  • Hydro Québec
  • Fondation de la faune du Québec
  • Fédération du Saumon Atlantique
  • La Capitale - Assurances Générales
Suivez la FQSA sur Facebook !